Spring Paper II

 


 

Pour une Nouvelle Europe

 

NOUS VOULONS TOUS UNE NOUVELLE EUROPE !

SPRING est un groupe de réflexion indépendant qui avait déjà incité les citoyens, via les réseaux sociaux, à aller voter aux dernières élections européennes de 2014. Il reste très préoccupé par la paralysie et les divisions de l’Europe face aux nouveaux enjeux stratégiques majeurs.

 

LA NOUVELLE EUROPE DOIT SE RECONNECTER AVEC LES CITOYENS

Nous pouvons soit nous résigner et abandonner la partie en devenant spectateur, ou alors plutôt nous relever et être les acteurs de la renaissance. Notre vieille Europe dispose de plus d’atouts, par sa diversité et ses valeurs, que n’importe quel autre acteur pour développer un nouveau modèle de civilisation.

 

LA NOUVELLE EUROPE SERA LE COEUR D’UN MONDE MULTIPOLAIRE

La taille critique a changé avec les acteurs qui sont des continents ou des sous-continents. Les pays européens pris individuellement, et qui jouent cavaliers seuls, ont perdu toute crédibilité et leur seul pouvoir est celui de nuire à ceux qui veulent participer à la renaissance.

Le monde de demain sera multipolaire avec la Chine, l’Inde, les USA, le Brésil,  la Russie et l’UE. Une Europe plus unie et efficace, doit être l’un des pôles majeurs de la renaissance.

 

LA VOIE VERS LA NOUVELLE EUROPE

  • constituer un noyau européen dur, puissant, volontariste et homogène, capable de peser à l’échelon de la planète;
  • y insuffler une volonté d’agir et une légitimité populaire;
  • pratiquer une politique basée sur la raison d’état, l’intérêt de l’Union européenne et de ses citoyens.

 

 

COMMENT CONSTRUIRE LA NOUVELLE EUROPE

 

  • il est urgent que les citoyens se réveillent, décident et agissent alors que les politiciens européens sont souvent paralysés par leurs propres intérêts;
  • l’Europe à 28, avec la règle d’unanimité, est ingouvernable et non-réformable;
  • il faut créer « ex ante » un nouveau groupe restreint de pays décidés à unir leurs efforts et à abandonner une part de leur souveraineté nationale au profit de décisions européennes permettant de rendre l’UE plus performante;
  • ce groupe restreint de pays, prêt à aller de l’avant, sera toujours ouvert à tous, dans le temps et l’espace.

 

 

SOYONS FIERS ET CROYONS DANS LA NOUVELLE EUROPE

 

1. Un nouveau projet fédérateur

  • créer une initiative citoyenne d’envergure pour redonner la fierté d’être Européen et raviver le lien entre les citoyens et le politique;
  • permettre le référendum européen d’initiative populaire;
  • organiser la promotion du label EU au niveau du sport, de la culture et des technologies;
  • renforcer encore les cofinancements de grands projets européens dans des secteurs clefs comme l’énergie, l’environnement, les transports, la défense, une télévision/radio européenne, l’Europe numérique;
  • améliorer la communication en donnant  plus de temps de parole en prime time aux Président, Commissaires et Parlementaires européens sur leurs chaînes TV/radio nationales, et ce pour mieux expliquer les positions et les décisions européennes ainsi que le Bilan annuel de la Commission dans l’esprit du State of the Union américain;
  • promouvoir une vraie solidarité entre les gouvernements nationaux et les décisions prises lors des Conseils européens.

 

2.  Un plan d’actions

 

Le groupe des Etats membres désireux d’aller de l’avant, initiera un plan  pour aboutir à des réformes progressives dans les sept domaines essentiels suivants:

 

1.LES INSTITUTIONS DE LA NOUVELLE EUROPE

 

L’architecture d’une autre Europe doit la faire passer d’une Union intergouvernementale à une Union de type “fédérale”.

 

Elle comprendra :

 

  • le Président et le Parlement Européen, élus démocratiquement. Les décisions du Parlement sont prises à la majorité simple sauf des matières réservées exigeant la majorité des deux tiers;
  • la Commission, qui est le gouvernement, responsable devant le Parlement et interlocuteur unique de la Banque Centrale Européenne;
  • la Cour Européenne de Justice qui constitue le troisième pouvoir;
  • le Conseil Européen, composé des chefs d’Etat et de Gouvernement, qui se voit attribuer une compétence d’avis sur toutes les propositions formulées par le Parlement Européen et la Commission.

 

Les divers niveaux de pouvoir respecteront une stricte hiérarchie des normes, et les décisions prises à l’échelon le plus élevé s’appliqueront à tous, avec l’application du principe de subsidiarité.

 

2. LA POLITIQUE ECONOMIQUE

 

La politique économique s’articulera autour de mesures conjointes de soutien, de relance et d’austérité.Les Directives fiscales et sociales veilleront à harmoniser progressivement toutes les règles sur base d’égalité. L’objectif est d’éviter toute concurrence déloyale fiscale et sociale entre les Etats membres.

 

3. LE CONTRÔLE BUDGETAIRE

 

Un plan comptable normalisé et comportant, par Etat membre, un actif, un   passif et un compte d’exploitation, sera mis en place sur base des meilleures pratiques des Etats membres. Il permettra un contrôle budgétaire national et consolidé.

 

  1. LA POLITIQUE ETRANGERE

 

  • Un seul Ministre européen des Affaires Etrangères officiera;
  • Les ambassades nationales seront supprimées au sein de l’UE;
  • Hors UE, seules des ambassades européennes opéreront;
  • Plutôt que de conclure des alliances contraignantes, l’action diplomatique sera basée sur des conventions permettant une grande liberté de fonctionnement.

 

 

5. LA POLITIQUE DE DEFENSE

 

Sans puissance militaire unique, l’Europe ne tiendra pas son rang dans le monde multipolaire.

 

  1. LA POLITIQUE DE COMMUNICATION, DE L’EDUCATION ET DE LA CULTURE

 

  • l’enseignement sera bilingue dès le primaire et trilingue dès le secondaire, tel que déjà pratiqué à l’École européenne;
  • en secondaire, il y aura un cours sur les origines, la structure et le fonctionnement de l’UE ainsi que les accomplissements majeurs depuis sa création;
  • un Erasmus intra-européen d’un an sera généralisé durant le cycle supérieur;
  • l’accent sera mis sur la richesse de la culture européenne et la diversité de ses composants.

 

 

7. LA POLITIQUE DE L’IMMIGRATION

 

L’UE n’était pas préparée à gérer la crise de l’immigration .Tandis que la Commission se bat pour trouver une solution effective à cetafflux massif d’immigrés, le débat politique fait rage tant entre Etats qu’au sein des Etats Membres. Une telle confrontation au niveau des Etats Membres et avec la Commission,  est désastreuse pour les immigrés eux-mêmes et pour l’image et la réputation de l’UE.Tant que la politique d’intégration des immigrés demeure une compétence nationale , l’UE ne peut que se limiter à encourager l’échange d’informations, assurer un soutien financier et développer les compétences de l’Agence européenne Frontex.

 

Ensemble, soyons les acteurs de la renaissance de l’Europe!

 

Spring est un groupe de réflexion indépendant et privé composé d’une douzaine de personnes curieuses et non résignées, partageant les mêmes préoccupations sur l’Europe et son avenir. En ayant déjà publié en 2014 un papier sur les raisons d’aller voter utilement aux élections européennes, le groupe souhaite redonner aux citoyens l’élan nécessaire à la poursuite des idéaux européens.

Hubert Gaasch, Eric Vaes, Michel Mikolajczak, Dominique Ceulemans, Dan Moisescu, Baudouin Van Cauwenberghe, Alexandre de Posson, Christian Grangé, Philippe Van Doosselaere, Eric Janssen,


Novembre 2015