Spring Paper 4

 


 

Comment réinventer l’Europe ?

 

Près de 70 ans après son lancement, la construction européenne est dans un étattrès critique. Le Vieux Continent – jadis vu comme un leader global – est confronté àdes problèmes démographiques, migratoires, sécuritaires et à une trop faible croissance économique.


Un grand nombre de citoyens européens sont désenchantés par l’Union Européenneet doutent de sa valeur ajoutée. Trop d’Européens se sentent exclus du progrès etsont inquiets pour leur avenir, et ils en rendent l’UE en partie responsable. Le vote enfaveur du Brexit en est la démonstration.


L’UE a joué à fond la carte de la mondialisation, et a ouvert ses portes d’entrée aux produits du monde entier, avec pour conséquences délocalisations et fermetures d’usines. Le consommateur a tout ce qu’il veut à disposition, mais s’il est auchômage ou touche un salaire minimum, il n’a pas de quoi se l’offrir.L’UE apparaît comme une  grande  machine  bureaucratique enfermée dans sa bulle,une fabrique à normes et réglementations, qui ne résout pas les problèmes demonsieur tout-le- monde.Ces critiques ont toutes un fond de vrai, et sont amplifiées par une presse qui serepaît dans le négatif, et exploitées par des politiciens populistes qui basent leurpolitique sur le dénigrement. Un fossé s’est creusé entre les élites et une populationqui se sent victime de la mondialisation et est prête à écouter les sirènes populistesqui prônent le repli sur soi et la construction de barrières de protection.Face aux attaques, l’UE se défend mal et a de très mauvais porte-parole. Elle doitmieux expliquer sa raison d’être, faire comprendre que face aux défis du mondeprésent et à venir, chaque pays européen est perdant s’il essaie d’y faire face seulen se repliant sur lui-même. Le pays européen qui pèse le plus lourd ne représenteque 5 % de l’économie mondiale et à peine 1 % de la population mondiale.Mieux s’expliquer n’est pas suffisant. Pour survivre, l’Europe doit se réinventer .Elle doit se réformer pour mieux fonctionner , mais elle doit aussi et avant toutretrouver sa popularité , réanimer l’enthousiasme des Européens .L’UE ne peut plus donner l’Impression d’être celle des élites, mais doit redevenir celleà laquelle l’Européen moyen veut adhérer. Il faut lui redonner une émotion positive,une dynamique de progrès pour l’ensemble des Européens.Il faut aussi que l’Européen moyen sente que l’UE le protège sur les planssécuritaire, économique, et sociétal.L’Europe Fédérale a aujourd’hui du plomb dans l’aile, et a peu de chances derencontrer l’adhésion d’une majorité d’Européens. Il faut donc renforcer l’UnionEuropéenne des Nations, une Union démocratique, efficace, protectrice.La structure et la gouvernance de l’Union souffrent aujourd’hui d’être multicéphales,sans définition claire des hiérarchies, sans véritable leadership. Les rôles et limitesde responsabilité et d’intervention du Conseil, de la Commission et du ParlementEuropéens doivent être clarifiés, tout comme doivent l’être les domaines où ilsinterviennent, les autres étant laissés à la libre gouvernance des nations.Le président du Conseil doit être un homme ou une femme politique d’envergure,capable de jouer un rôle de médiateur, d’arbitre à l’intérieur du Conseil et d’exprimerla voix de l’Europe à l’extérieur. Le Conseil (ou le Parlement ?) serait chargé deprésenter trois candidats, parmi lesquels les citoyens européens choisiraient parvote, lors des élections parlementaires. Les critères et mode de sélection serontidentiques pour le Commissaire aux Affaires Etrangères.La règle de l’unanimité sera remplacée par celle de la double majorité des deux tiers,c’est-à- dire les deux tiers des pays membres représentant au moins les deux tiers dela population de l’UE, sauf dans les domaines qui touchent à la ConstitutionEuropéenne, qui restent soumis à la règle de l’unanimité.La taille de la Commission doit être réduite, et son action limitée aux domainesessentiels et d’intérêt général, tous devant être clairement identifiés et définis.Le nombre de Directions Générales et de Commissaires sera réduit en conséquence.Le Parlement choisira le Président de la Commission. Chaque pays pourra désignerun candidat commissaire, parmi lesquels le Président fera son choix. Le Parlementconfirmera ou rejettera chaque nom individuellement.Les membres du groupe Spring recommandent que l’action de l’Union se concentreprioritairement sur les six domaines suivants :


1. Sécurité des citoyens, lutte contre le terrorisme avec collaboration desservices et échange d’informations ; maintien de la libre circulation dans lazone Schengen avec renforcement des frontières extérieures. Contrôle del’immigration, uniformisation des critères d’asile et de renvoi des immigrés nonéligibles.


2. Défense Européenne La voix de l’Europe est faible si elle ne dispose pasd’une défense militaire forte. Sans rompre sa collaboration avec l’OTAN,l’Europe doit pouvoir faire ses choix stratégiques, définir ses priorités etdonner préférence à l’achat d’armes de fabrication européenne.


3. Renforcement de la zone Euro par la convergence fiscale, la mise encommun des dettes, et la mise en commun de dépenses telles que le contrôleet l’accueil des immigrés, et de certains gros investissements d’infrastructure,de recherche, de défense. La zone Euro aura sa propre gouvernance.


4. Politique commerciale et industrielle L’Europe doit mieux défendre sesintérêts économiques et protéger l’emploi face au dumping des prix et autrespratiques de concurrence déloyale.


5. Europe de la Connaissance . Apprentissage des langues, renforcement duprogramme Erasmus, développement du numérique, mise en réseau desUniversités.


6. Europe du Futur . Recherche, développement et mise en œuvre destransports, de l’énergie et de l’habitat du futur. Protection de l’environnement par le développement de techniques de fabrication moins énergivores et nonpolluantes, de matériaux recyclés, et par la lutte contre le gaspillage. Le regain du populisme dans de nombreux pays de l’Union d’une part et l’affaire Brexit d’autre part nous montrent que les jeunes sont relativement absents desdébats politiques européens d’aujourd’hui : fatigue , déception , non concernés,déstabilisés , le manque de volonté d’entreprendre, …peut-être même un peu detout cela .


A titre d’exemple en France , plus de 60 % des 18 à 35 ans ne vont plus voter . Levieux dicton « Si tu ne t’occupes pas de la politique , elle s’occupera de toi «  , estplus que jamais d’actualité .Et pourtant les moyens de communiquer , de participer et de partager mis à ladisposition des jeunes ne manquent pas aujourd’hui . Les réseaux sociaux et lesplates-formes de dialogue et d’échange qu’ils maîtrisent avec facilité doivent lesamener à utiliser ces moyens pour défendre aussi les valeurs de l’Europe .Les jeunes européens doivent s’approprier ce projet européen en allant notammentvoter utilement aux élections européennes car c’est de leur futur qu’il s’agit .Et nous …. , nous avons l’obligation de leur faire prendre conscience qu’il est grandtemps de se mobiliser pour réinventer l’Europe !


Janvier 2017